KATRIEN DE BLAUWER

© 2020, Musée des beaux-arts du Locle. Photographie : Guillaume Baeriswyl. Tous droits réservés
© 2020, Musée des beaux-arts du Locle. Photographie : Guillaume Baeriswyl. Tous droits réservés
   

Isabelle a 24 ans ... isabelle a 42 ans

15.02.20−01.06.20

Souvent décrite comme une « photographe sans caméra », Katrien de Blauwer (Belgique, 1969) focalise sa pratique sur le collage. Le processus est spontané et répond à la fascination de la plasticienne pour la construction des images. Dans son oeuvre, il est toujours question de la figure féminine dont la surface jaunie de pages de magazine témoigne d’un temps révolu. L’artiste découpe, défigure la photographie publiée, la colle, parfois ajoute une trace de peinture. Un récit se met en place à partir de cette matière première, issue de vieux magazines dont l’artiste recycle certaines images.

C’est par ces fragments iconographiques que se révèle la pensée intime de l’artiste. Katrien de Blauwer montre sa fascination pour ces êtres de papier glacés. Elle retient des fragments de corps, mais aucun visage, ni regard, nous laissant ainsi toute la liberté d’interprétation. À l’invitation du MBAL, l’artiste a développé deux histoires parallèles, où se révèlent deux moments de vie. Il y est question de séduction féminine, on y décèle une figure masculine à peine esquissée. La plasticienne cherche à nous placer dans ce regard masculin. Il y a quelque chose d’inquiétant dans ces scènes, une impression de voyeurisme, une atmosphère qui semble sortir d’un film noir ou du cinéma de la Nouvelle Vague. Chez Katrien de Blauwer, la photographie issue de magazines trouvés aux puces, se voit réinventée telle une surface accueillant de nouveaux récits. Les personnages féminins se dévoilent tout en étant insaisissables.

L’exposition est organisée en collaboration avec la galerie parisienne Les Filles du Calvaire.