Henrik Spohler

© Henrik Spohler, Les Roches-de-Moron, 2018
© Henrik Spohler, Saignelégier, 2018
© Henrik Spohler, Route 18, sur le Gex, 2018
© Henrik Spohler, Mont Soleil, 2018
© Henrik Spohler, Enson-la-Fin (Saint-Brais), 2018
         

Parc du Doubs

22.06.19−13.10.19

VERNISSAGE LE 21 JUIN à 18H30

Souhaitant offrir une réflexion autour du paysage contemporain, le MBAL s’est associé au Parc naturel régional du Doubs pour organiser une résidence d’artiste. Le choix s’est arrêté sur le photographe allemand Henrik Spohler (1965) pour le regard singulier qu’il porte depuis de nombreuses années sur le paysage contemporain. S’intéresser de près à un parc naturel permet d’interroger la définition de la « nature » au 21e siècle. Les paysages parlent avant tout des humains qui les habitent. Il y est question de fascination, de paradoxe, de nature, de culture, de mythes, de construction, d’aspirations. Spohler a reçu carte blanche, la seule condition posée était de faire le portrait du Parc du Doubs qui s’étend sur quelques 300 km2. Ce territoire, situé au sud de la rivière, à la frontière française, s’étend des Brenets, près du Locle, jusqu’à Saint-Ursanne, dans les Franches-Montagnes jurassiennes. Spohler a sillonné entre l’automne 2018 et le printemps 2019 les routes, les berges et les pâturages lors de longues promenades en solitaire. Il a été particulièrement intéressé par la manière dont l’activité humaine façonne le paysage tout en défendant des zones protégées. Le photographe a observé les tensions que vit la campagne, où le naturel côtoie le construit, où le rural côtoie l’urbain. Ses prises de vue remarquablement contrôlées répondent à l’atmosphère qui se dégage de ces lieux aménagés.

 

Réalisée en collaboration avec le Parc naturel régional du Doubs, l’exposition est accompagnée par une publication produite par les deux institutions.

Sans titre-2