ANNI ALBERS

Anni Albers, Second Movement II, 1978.  Courtesy the Joyef and Anni Albers Foundation and Alan Cristea Gallery
Anni Albers, Camino Real, 1967.  Courtesy the Joyef and Anni Albers Foundation and Alan Cristea Gallery
Anni Albers, Blue Meander, 1970.  Courtesy the Joyef and Anni Albers Foundation and Alan Cristea Gallery
     

L'OEUVRE GRAVÉ

19.02.17−28.05.17

Le Musée des beaux-arts met à l’honneur l’oeuvre d’Anni Albers (1899-1994), une artiste qui a activement participé au modernisme du 20e siècle mais est longtemps restée dans l’ombre de son mari, Josef Albers. Formée en Allemagne dans l’atelier de tissage du Bauhaus, seul atelier alors ouvert aux femmes, Albers explore dès les années 1920 les possibilités offertes par cette technique et construit un univers défini par l’abstraction et la linéarité où motifs géométriques et couleurs vives se côtoient. Poursuivant ses recherches artistiques aux Etats-Unis où elle émigre avec son mari, elle devient rapidement une artiste incontournable de l’art du textile, et est la première tisserande à exposer au Musée d’art moderne de New York. La gravure entre tardivement dans son oeuvre. Ce n’est qu’à partir de 1963 qu’elle explore différentes techniques (sérigraphie, lithographie, offset, aquatinte) qui lui permettent de développer ses recherches autour de l’abstraction. Avec une extraordinaire habileté pour imaginer et créer, Albers met sur pied un vocabulaire intentionnellement restreint pour construire une oeuvre riche et complexe.

L’exposition, organisée en étroite collaboration avec la Alan Cristea Gallery (Londres) et la Josef & Anni Albers Foundation, offre une vue d’ensemble sur l’oeuvre gravé de cette grande artiste méconnue du public.