Prochainement

© Jungjin Lee, de la série Wind, 2006.
© Georg Baselitz, Norweger rückwärts IV, Aquatinte, 2012. © Georg Baselitz 2017
© Camille Scherrer, Dings & Floats, 2017
     

05.11.2017 – 28.01.2018

Vernissage Samedi 4 novembre à 18h

 

Georg Baselitz – en creux et à l’envers 1997-2017

Figure artistique majeure de l’art contemporain, Georg Baselitz fête en janvier 2018 son 80ème anniversaire. Peintre et graveur prolifique, le MBAL lui consacre à cette occasion une exposition monographique qui présentera 20 ans d’art gravé.

 

Jungjin Lee – Echo

Au début des années 1990, Jungjin Lee a réalisé plusieurs voyages dans les tréfonds de l’Amérique où elle a capturé le désert, les rochers et diverses formes de végétations. Exemptes de toute présence, ses photographies noir et blanc de grand format occupent une présence physique immédiatement captivante. S’appuyant sur son héritage sud-coréen, l’artiste a développé un langage pictural unique en son genre où son intérêt fondamental pour la nature s’exprime de manière poétique.

 

Camille Scherrer – Dings & Floats

Le MBAL poursuit son exploration de l’art actuel en révélant le travail d’une nouvelle génération d’artistes créant avec les outils numériques. Constamment à l’affût de nouveaux champs d’investigation, l’artiste suisse Camille Scherrer explore les intersections entre l’art et les nouvelles technologies. Le musée présentera son installation Dings & Floats qui sera accompagnée d’une publication.

 

18.02.18 – 27.05.18

Vernissage Samedi 17 février à 18h

 

Lee Friedlander and the photobook (1965-2017)

Le MBAL consacre une grande rétrospective à Lee Friedlander (1934*), pionnier de la nouvelle photographie américaine. Pleinement révélé au
public dans les années 1960, Friedlander est sans conteste l’une des figures les plus emblématique de la photographie américaine du XXe siècle, aux côtés de Walker Evans ou Robert Frank, ses mentors et amis. Figure de proue du « social landscape » (paysage social), Friedlander photographie l’Amérique moderne qu’il capte avec une neutralité documentaire. Son affinité pour les prises de vues en milieu urbain en fait l’un des représentants majeurs de la photographie de rue des années 60 et 70.

 

Todd Hido

Les photographies au caractère éminemment cinématographique de l’américain Todd Hido (1968*) sont souvent rapprochées à l’œuvre, aussi magnétique qu’étrange, de son compatriote David Lynch. De ses images exsude une inquiétude sourde, une sensation de vacuité et une forme de mélancolique sans objet. Des maisons vues de l’extérieur, des intérieurs laissés à l’abandon, des paysages embués pris à travers le pare-brise de sa voiture… Seul l’éclairage intérieur des maisons qu’il photographie laisse deviner une présence humaine et cette impression d’isolement est accentuée par le format vertical de ses vues. Si les photographies de Todd Hido semblent narratives, c’est parce qu’elles suggèrent des histoires non racontées et des scénarios  possibles.

 

Thibault Brunnet – Territoires circonscrits

Initié en 2015, le projet Territoires circonscrits est une recherche inspirée des missions photographiques du siècle dernier (FSA, DATAR). Sur les côtes françaises, l’artiste français Thibault Brunet ( 1982*)a parcouru le littoral sur 30 kilomètres, de Calais au Cap Gris-Nez. Muni d’un scanner 3D pour enregistrer l’environnement à 360 degrés, l’artiste crée des images proches de la modélisation pour ensuite réaliser des vidéos “traversant” littérairement les lieux. Des photographies de paysage qui annoncent l’art de demain.