La Grande Table

 

ARTISTES, GALERIES ET MUSÉES FACE AU WEB

29.01.17

11h00

Alors que nous assistons depuis plusieurs années à une reconfiguration des pratiques culturelles à travers Internet, les divers acteurs du monde de l’art se servent des nouveaux médias pour diffuser, promouvoir et communiquer à plus grande échelle. Nous assistons aujourd’hui à une multiplication de comptes Instagram, Twitter et Facebook, devenus de nouvelles plateformes pour les artistes, les musées, les galeries et autres centres d’art. Véritable relais de l’information, la toile est ainsi un passage obligé pour qui souhaite acquérir une visibilité et toucher un public plus large.
Les réseaux sociaux, devenus des outils de promotion indispensables, font osciller les acteurs du monde culturel entre deux approches : d’une part, une volonté de démocratisation de l’art, d’autre part, son utilisation mercantile. Dès lors, comment réagir face à cette dématérialisation de l’art, et par là même du marché de l’art ? Quel est le véritable impact de ces nouveaux outils et quel public ciblent-t-ils réellement ?
Plusieurs spécialistes du monde de l’art viendront exposer leurs points de vue et expériences afin d’expliquer les réussites et les échecs de ces nouveaux canaux de communication. ​

Entrée libre, ouvert à tous!
Suivi d’un brunch : adulte 12.- / enfant : 5.- (inscription conseillée)

Un événement organisé avec la Galerie C, Neuchâtel.

Invités :

JOËL VACHERON
Journaliste et sociologue, Joël Vacheron s’intéresse à la façon dont la musique, le design et les arts visuels contribuent à promouvoir des récits complets sur l’impact social et culturel de la technologie. Egalement enseignant et chercheur à l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne, il a notamment co-dirigé les projets Digital Strategies in Genre-Defining Magazine (ECAL, 2016) et Augmented Photography (ECAL, 2017). Il collabore régulièrement à divers projets éditoriaux et signe, avec Nicolas Nova, Dadabot : An Introduction to Machinic Creolization (IdPure, 2015), ouvrage traitant de l’hybridation des formes culturelles produites par les technologies numériques.

MARIA GUTA
Maria Guta nait à Bucarest, en Roumanie, où elle étudie le design graphique et fait ses preuves dans différents domaines tels que la communication visuelle, la direction artistique et les beaux-arts. Elle déménage en Suisse en 2010 et, en 2015, obtient un Master en direction artistique et photographie à l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne. Elle vit et travaille actuellement comme artiste indépendante entre la Suisse et la Roumanie. En 2016, elle entame une collaboration avec le World VR Forum (organisation à but non lucratif basée à Genève) en tant que directrice de programmation et directrice artistique. Ses œuvres les plus récentes explorent la photographie, la performance, l’installation et la réalité virtuelle. Elles ont été exposées à Tokyo, Berlin, Paris, Milan, Bucarest, Zurich, Lausanne et Vevey.

MATHIEU BERNARD-REYMOND
Mathieu Bernard-Reymond est un photographe français né à Gap. Après un cursus universitaire à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble terminé en 1998, il obtient un diplôme à l’École Supérieure de Photographie de Vevey en 2002. Ses images manipulent le paysage, l’architecture et l’information comme les composantes d’un langage poétique qui aspire à se renouveler en permanence. Il conçoit la photographie comme un moyen de créer des réalités étranges, de faire naître des mondes possibles. L’aspect numérique de son approche lui permet de mettre en scène les données aussi bien que le monde tangible.
Plusieurs prix viennent saluer son travail (HSBC 2003, Rencontres d’Arles 2005, Paris-Photo 2006, Arcimboldo 2009). Il publie deux ouvrages en 2003 et 2008: Vous-êtes ici (Actes-Sud) et TV (Hatje Cantz). Il trouve également sa place dans de nombreuses collections publiques ou privées telles qu’au Musée Nicéphore Niépce (FR), au Musée de l’Elysée (CH) ou le Fonds National pour l’Art Contemporain (FR). Il est membre du collectif Européen Piece of Cake.

MORGANE PAILLARD
Titulaire d’un Bachelor en histoire de l’art et histoire obtenu à l’Université de Neuchâtel (2014) et d’un CAS de curatrice obtenu à l’Université des arts de Zürich (2016), Morgane Paillard (1992) vit et travaille à Neuchâtel.
Elle coordonne plusieurs projets curatoriaux liés au domaine de la performance artistique (Carte blanche dans le cadre de « l’Anniversaire de l’art » – Galerie Palais/Galerie C, Carte blanche dans le cadre de l’exposition « KONTAKT » – Galerie Palais) et met actuellement en place un festival de performances artistiques qui se tiendra à Neuchâtel en automne 2017. Elle a notamment créé une plateforme online intitulée « The Hunting Curator », qui vise à expérimenter la location d’oeuvres d’art.
Depuis 2014, Morgane Paillard collabore avec la Galerie C en tant qu’assistante du directeur.