BENOît JEANNET Hors-les-Murs

© Benoit Jeannet, Corps matière, 2019
© Benoit Jeannet, Corps matière, 2019
© Benoit Jeannet, Corps matière, 2019
     

À L'HÔPITAL NEUCHÂTELOIS

30.10.19−06.12.19

L’Hôpital neuchâtelois, qui devient Réseau hospitalier neuchâtelois le 1er novembre, a noué un partenariat avec le Musée des beaux-arts du Locle pour organiser une installation artistique dédiée au domaine de la santé. L’objectif est double : renforcer la vocation de lieu de vie des sites hospitaliers et permettre au MBAL de sortir de ses murs pour toucher un public plus large.

Dans ce contexte, l’artiste neuchâtelois Benoît Jeannet (1991) a été invité par le MBAL à proposer une réflexion autour de l’image du corps : « Je fais partie du commun des mortels dont les connaissances sur le fonctionnement du corps humain sont moins développées que celles relatives au moteur à explosion. Il s’agit pourtant de l’enveloppe physique qui transporte notre esprit, notre âme et notre identité. Le corps est la matière sans laquelle nous n’existerions pas.

Le corps humain est bel et bien un objet matériel. Un corps-image lorsque l’on contemple son reflet dans un miroir, un corps fragmenté lorsque l’on observe ses bras et ses jambes. Une matière qui renvoie pourtant à la présence d’un esprit impalpable. Il s’agit du corps que l’on a mais aussi du corps que l’on est. Le corps et l’âme sont deux substances distinctes mais intimement liées qui agissent l’une sur l’autre comme le mécanisme automatique d’une machine dont l’exactitude des fonctions nous échappe.

Les philosophes se sont longtemps concentrés sur l’âme, développant diverses hypothèses relatives à la raison pure pendant que la médecine se penchait sur la composition physique d’un corps-machine. Corps matière est une mise en dialogue de ces deux substances. Ces sculptures photographiques inspirées et / ou issues de systèmes d’imageries médicales (ici des images de postures de yoga trouvées dans un vieux livre, là l’IRM de mon cœur et de mon cerveau réalisé à l’HNE), sont transposées dans un contexte méditatif, renvoyant le spectateur à la réalité abstraite de son existence psychique et matérielle.

Les connections et les dialogues entre le corps et l’esprit sont une matière de réflexion inépuisable. Je les perçois comme des points d’articulation permettant d’associer la science, la philosophie et l’art. Là où le rôle de la science est de trouver des réponses, celui de l’art est d’en étirer les questions. »

Cette exposition, collaboration étroite entre l’HNE et le MBAL, est présentée sur les sites de La Chaux-de-Fonds du 30 octobre au 22 novembre et de Pourtalès du 23 novembre au 6 décembre 2019. Les images de Benoît Jeannet seront utilisées pour illustrer le rapport d’activité 2019 de l’HNE.