Alix Marie

© Alix Marie, Wax Photograph, 2014
© Alix Marie, Wax Photograph, 2014
   

Sucer la nuit

02.11.19−26.01.20

La pratique artistique d’Alix Marie (France, 1989) mêle photographie, sculpture et installation. Pour sa première exposition en Suisse, la plasticienne française établie à Londres poursuit ses réflexions autour du corps. Inspirée par l’atmosphère de la salle d’exposition et en particulier sa couleur, l’artiste imagine un espace hanté. Menant ses recherches sur les mythes et le genre, elle s’attelle ici aux figures féminines qui habitent l’enfance et les contes de fée : sorcière, marraine, sirène — des figures doubles, maléfiques et / ou bénéfiques, qui découlent de superstitions et croyances ayant un impact sur la psychologie et l’imaginaire. Chez Alix Marie, le questionnement de la construction du genre se mêle ainsi à la mythologie et à l’autobiographie de l’artiste afin de faire résonner une nouvelle expérience chez le public. Pour cette installation, Alix Marie convoque également la sororité en collaborant pour la première fois à la réalisation d’une pièce sonore avec deux de ses amies.

Diplômée du Central Saint Martins College et du Royal College of Art à Londres, Alix Marie fait partie en 2017 des vingt jeunes artistes sélectionnés pour le FOAM Talent Call d’Amsterdam et son premier livre monographique Bleu est publié par Mörel Books. En 2018, Alix Marie présente deux expositions personnelles, Adyta à Düsseldorf et La Femme Fontaine à la galerie Roman Road à Londres. En 2019, elle participe à l’exposition Body Fictions à Vienne et au Luxembourg, organisée par le Mois Européen de la Photographie. Une exposition personnelle intitulée Shredded lui a également été consacrée cette année à la galerie Roman Road.

L’exposition est soutenue par la Fondation Philantropique Famille Sandoz et la Fondation Bonhôte pour l’art contemporain. La partie sonore a été réalisée avec la collaboration de Nina Boukhrief et Sarah Perez. Une interview de l’artiste par Joël Vacheron paraît dans la série « Pouvez-vous nous parler… », publiée par le MBAL.

Sans titre-4